A 500 m à l'ouest de Fleuré, sur la route de Nieuil l'Espoir, se trouve le hameau de Saint Thibault, ancien prieuré dépendant de l'abbaye de Nouaillé et transformé en bâtiments d'exploitation agricole après la révolution.
La chapelle primitive, dédiée à Saint Thibault ou Théobald existait encore en 1869. On pouvait y voir un autel de pierre reposant sur quatre pilliers. Elle se situait près d'une source, aujourd'hui à sec. Il ne reste presque plus rien de l'ancien prieuré moyennâgeux. Pourtant, il fut le témoin de la vie mésirable des paysans de l'époque ainsi que des rivalités seigneuriales opposant les abbés de Nouaillé aux seigneurs de Morthemer et de Lussac.
Cette chapelle a été édifiée au XIXème siècle, en bordure du chemin qui mène au hameau sur un terrain donné par un particulier.
Avant 1914, l'usage voulait que ''le premier dimanche de mai, le curé de Fleuré bénisse quatre livres de pain offertes par le propriétaire du terrain où s'élève la chapelle. Ce pain était ensuite distribué aux assistants. Chaque famille conservait précieusement un morceau comme gage de bénédiction pour sa maison et de préservation contre les maladies.''
Dans le sud du département, à Millac, on attribuait au saint le pouvoir de guérir les fièvres malignes, les maladies de langeur et les affections imputables aux vices du sang. Dès la disparition de ces processions, les pélerins se rendirent individuellement à la chapelle pour obtenir la guérison des furoncles.