03/10/2019

Extrait de La lettre de la sécurité routière dans la Vienne - Lettre n°59 - Septembre 2019


Alors que la mortalité routière a connu une stabilité ces deux dernières années dans la Vienne, avec dix-sept accidents mortels, nous déplorons à ce jour un nombre identique de ces drames. Trois mois, soit 91jours, nous séparent du bilan définitif de l'année. Faisons en sorte qu'il soit celui d‘aujourd'hui. Ce n‘est pas impossible.

En 2017 / 2018, nous avons connu plus de quinze semaines, cent sept jours consécutifs sans victime
décédée Nous devons faire preuve de la plus grande vigilance sur les routes, afin que ce dernier trimestre ne soit pas tragique à nouveau.
En qualité de directeur de cabinet, et par conséquent  de chef de projet sécurité routière. Je m'attacherai à mobiliser les forces de l‘ordre pour intensifier leur présence sur les routes, ainsi que les partenaires et les intervenants départementaux de securite routiere (IDSR) pour mettre en œuvre des actions de prévention efficaces. Je remercie d'ores—et—déjà ces derniers, ayant eu connaissance de leur grande fidélité, pour certains actifs depuis plus de 20 ans aux côtés de la préfecture

J'encourage également tous ceux qui souhaiteraient se joindre à cette grande "famille“ à contacter le bureau de la sécurité routière pour bénéficier d’une formation IDSR à l‘automne.


Bonne route, en toute securité
Julien Faillière, directeur de Cabinet,
Préfecture de la Vienne


ClSR comité interministériel de sécurité routière
IDSR : intervenant départemental de Sécurité routière

Fatigue et somnolence sur la route

Bien que les deux termes soient souvent associés ou confondus, somnolence et fatigue ne sont pas synonymes et n‘impliquent pas les mêmes risques sur la route.

La fatigue est une sensation d’affaiblissement physique ou moral qui survient à la suite d’une activité soutenue pendant un temps prolongé. Elle s‘accroît avec des vitesses élevées.
La fatigue nerveuse, par exemple, se manifeste par une baisse de l’attention et de la concentration qui survient toutes les deux heures.

Elle ne nécessite pas le sommeil, mais le repos qui permet de répondre efficacement à ce besoin en restaurant un bon niveau de forme. Le conducteur fatigué doit faire une pause, se dégourdir les jambes, discuter, et il peut repartir.
Attention, une fatigue excessive est difficilement réversible.

Les signes de fatigue : Raideurs dans la nuque, douleurs dans le dos, regard fixe, difficulté de concentration.


La somnolence est due à un manque de sommeil, elle se définit par une tendance irrésistible à l‘assoupissement si la personne n‘est pas stimulée. Le risque d‘accident est 3 à 4 fois plus élevé dans les 30 minutes qui suivent l‘apparition des premiers signes de somnolence et représente 25% des accidents mortels sur autoroute (2013-2017).

La somnolence altère les capacités de perception et donc la vigilance qui est la capacité du système nerveux central à répondre efficacement à un stimulus pour le concentrer au bon déroulement d‘une tâche, ce qui génère souvent des erreurs de conduite (trouble de l‘attention, de la mémorisation, trouble du jugement et du raisonnement, prise de risque pour arriver plus tôt). Elle s‘accroît avec la prise d‘alcool ou de certains médicaments, la conduite de nuit.

Pour le conducteur qui se sent somnolent, il n'existe qu‘un moyen de se reposer : le sommeil ou une sieste dynamisante (d'au moins 15 minutes). Être éveillé depuis plus de 17 heures, diminue les réflexes du conducteur, alors identiques à ceux d‘un conducteur ayant un taux d'alcoolémie de 0,5g/l dans le sang.

Les signe de la somnolence : Endormissement ponctuels, paupières lourdes, bâillement, absences, micros sommeils, changement de positions, inattention à la route, trajectoires et vitesse non maitrisées.