01/01/2020

Décembre 2019 a été, en moyenne, très doux, bien pluvieux et pourtant bien ensoleillé. Les températures moyennes sont excédentaires de 2.6°C pour les minimales et de 2.7°C pour les maximales. La pluviométrie est excédentaire de près de 30 % tandis que l’ensoleillement est excédentaire de 40 %.
Jusqu’au 23 décembre inclus, la France s’est trouvée dans un vaste système dépressionnaire d’altitude (vers 5000 m) quasi permanent, puis les pressions ont nettement remonté et repoussé les perturbations plus au nord. Apparemment de façon paradoxale, alors que les températures de la masse d’air en altitude (vers 1500 m) sont restées très douces depuis le 23, les températures au sol ont progressivement baissé. Cela est dû au phénomène d’inversion thermique classique en hiver en situation anticyclonique. Sans brassage de l’air par le vent, l’air froid s’accumule au sol et ne peut s’évacuer, bloqué par l’air doux d’altitude. Le soleil très bas en cette saison ne parvient pas à réchauffer le sol, et la baisse des températures au sol se poursuit jour après jour, favorisant aussi les formations brumeuses.
 
Il y a 100 ans : Comparé aux moyennes trentenaires actuelles, décembre 1919 apparaît doux avec un excédent de 2.4°C pour les températures maximales alors que les températures minimales sont conformes à la moyenne. La pluviométrie est déficitaire de 10%.
 
-        Du 1er au 6 : doux et humide
-        Du 7 au 14 : froid et légèrement humide
-        Du 15 au 19 : sec et températures conformes
-        Du 20 au 31 : doux et humide